ERIC McFADDEN : Dementia

Annu:Art

Arts, artistes et information Annuaire et webzine

Signalez un lien mort

Ecrivez au webmestre

Contribuez à Annu:Art

Nouvelles à ne pas y croire - Fabien Maréchal - Editions Dialogues - en librairie le 9 février 2012

sites d'actualité et d'information indépendante

ANNU:ART

Poin-Poin musique : disques en tout genre, portraits, dossiers, absurdités, forum> MUSIQUE

toutes les chroniques (rock, hard, métal, progressif, chanson, blues...)

> actualité

Réseau Education sans frontières

> LIVRES

Des bonheurs de lecture

> A CONSOMMER SANS MODERATEUR
Le forum des fadas de Poin-Poin

> annuaire

arts du monde

artisanat

artisanat 2

BD

sites bizarres

contemporain

contemporain 2

contes

danse

généralistes

généralistes 2

Rechercher sur Annu:Art

Tous les articles

L'horoscope préhistorique

jeunesse

lieux

musique A-K

musique L-Z

livres A-K

livres L-Z

livres : éditeurs

peinture A-D

peinture E-K

peinture L-P

peinture Q-Z

photo A-I

photo J-Z

poésie

ressources

ressources 2

sculpture

théâtre A-K

théâtre L-Z

théâtre : scènes

art urbain

webart

webzines

nos favoris

 

rock pop folk blues jazz hard... génial !

Eric McFadden : Dementia (guitariste-chanteur-songwriter rock blues folk jazz hard pop...)Eric McFadden, inconnu en France, est pourtant un guitariste qui semble sans limite de style, un compositeur et mélodiste de grand talent, un chanteur à la voix chaleureuse... et un homme doté d'un sens de l'humour évident. Une espèce de Fishbone à lui tout seul !

Le label Bad Reputation nous offre une double compilation, Dementia, qui ne vole pas son titre. Eric McFadden s'y montre littéralement démentiel ! C'est bien simple, on croit entendre tour à tour une multitude d'artistes tous plus talentueux les uns que les autres, on passe d'une ambiance à l'autre sans crier gare, on plonge dans les délices d'un refrain qui le place avec les meilleurs songwriters, avant de se prendre un coup de six-cordes enragée, on s'extasie sur des sonorités improbables, on admire les mélanges de genres farfelus quoique absolument cohérents, on est à genoux devant tant de dextérité et, surtout, de liberté. Dementia, ce sont 32 titres de bonheur. Aucun bouche-trou, aucun temps mort.

Mais d'où sort un type pareil ? Un petit tour sur son site personnel et sur celui de Bad Reputation (qui nous offre encore une pépite), nous apprend qu'il a tourné, joué, enregistré avec George Clinton et le P-Funk All Stars (avec qui il vient de sortir un nouvel album), Bo Didley, Les Claypool (Primus) ou les cultissimes maîtres du crossover Living Colour, ou encore avec Stockholm Syndrome. Sans compter son implication dans ses divers projets, notamment Liar, Alien Lovestock, IZM, Holy Smokes et, tout de même !, The Eric McFadden Experience !

Boudiou, quel CV d'enfer ! Qui résume d'ailleurs bien ce que vous trouverez sur Dementia : du vrai blues, du rock'n'roll, du hard, du folk,  (americana, ou hispanisant, ou orientalisant... avec violon à l'appui), du jazz... Eric McFadden est un mélange de juke-box et de bandit (pas) manchot avec lequel à tous les coups on gagne ! Eric McFadden

Croyez-moi, il est rare en chroniquant un disque de se trouver à ce point démuni pour tenter de convaincre que l'on encense pas un artiste plutôt-pas-mal mais réellement au-dessus, au-delà devrais-je dire, de ce que l'on a l'habitude d'entendre. Et puis Eric McFadden a ce truc en plus : l'évidente, la puissante joie de jouer, de créer. Je vous le jure, cela s'entend, cela se sent, c'en est incroyable.

Passons par la bande, si vous voulez des références. Au fil de Dementia, vous approcherez Bruce Springsteen, les Black Crowes ou Tom Waits ou le Johnny Cash des American recordings, vous entendrez la BO d'un film de Quentin Tarantino rencontrerez un orchestre tzigane (ou une BO d'un film d'Emir Kusturica) et partirez en cavale avec une composition d'Ennio Morricone, vous reconnaîtrez les Beatles (ah ! là, c'est normal, avec la reprise de Hey Bulldog) et évoquerez les Rolling Stones, vous retournerez aux fondations du rock, vous danserez, vous serez black, vous serez blanc, vous serez manouche, vous rigolerez sur ce Clown Star rappelant furieusement le cartoonesque multi-instrumentiste des 50's Spike Jones, vous serez propulsés au temps où Guns'n'Roses faisaient du bon hard et où Kyuss inventait le stoner, vous poursuivrez l'expérience entreprise par Patrick Rondat avec Didier Lockwood et Michel Petrucciani sur On the Edge, vous découvrirez une piste cachée du mythique Friday Night in San Francisco de McLaughlin-Di Meola-De Lucia...

Je viens de me prendre une baffe de la même envergure qu'avec la découverte de Gov't Mule. C'est hallucinant. C'est virtuose. C'est entraînant. C'est beau. C'est émotionnel. C'est énergique. C'est mélancolique. C'est joyeux. C'est libre. C'est mon album de l'année. De loin. De tellement loin...

FM

(30/12/2005)

 

site officiel Eric McFadden

chronique concert La Java 2006

chronique concert Café de la Danse 8/10/2007

chronique album Let's die together... Forever

 

Eric McFadden Trio

Eric McFadden sur Bad Reputation

 

Eric McFadden : Dementia sur Ambfrance

Eric McFadden : Dementia sur Krinein

Eric McFadden : Dementia sur Poussières d'e-toiles

Eric McFadden : Dementia sur AmbFrance