SNCF forever

 

Annu:Art

Arts, artistes et information Annuaire et webzine

Signalez un lien mort

Ecrivez au webmestre

Contribuez à Annu:Art

Nouvelles à ne pas y croire - Fabien Maréchal - Editions Dialogues - en librairie le 9 février 2012

sites d'actualité et d'information indépendante

ANNU:ART

Poin-Poin musique : disques en tout genre, portraits, dossiers, absurdités, forum> MUSIQUE

toutes les chroniques (rock, hard, métal, progressif, chanson, blues...)

> actualité

Réseau Education sans frontières

> LIVRES

Des bonheurs de lecture

> A CONSOMMER SANS MODERATEUR
Le forum des fadas de Poin-Poin

> annuaire

arts du monde

artisanat

artisanat 2

BD

sites bizarres

contemporain

contemporain 2

contes

danse

généralistes

généralistes 2

Rechercher sur Annu:Art

Tous les articles

L'horoscope préhistorique

jeunesse

lieux

musique A-K

musique L-Z

livres A-K

livres L-Z

livres : éditeurs

peinture A-D

peinture E-K

peinture L-P

peinture Q-Z

photo A-I

photo J-Z

poésie

ressources

ressources 2

sculpture

théâtre A-K

théâtre L-Z

théâtre : scènes

art urbain

webart

webzines

nos favoris

 

La reproduction de cet article est libre à condition d’en citer la source (Annu:Art) et l’adresse Internet.

Vous avez peut-être reçu par mail une espèce de tract qui détaille les "avantages" des agents de la SNCF. Son but est clair : affirmer que les cheminots sont des privilégiés et qu'ils prennent les gens qui travaillent en otage. Seulement voilà: les chiffres qu'ils fournit sont mensongers (censément extraits du magazine La vie du rail, qui a démenti). Et sur le fond, ce n'est pas mieux. D'où ce qui suit...   FM

 

par Manut http://manut.ouvaton.org

Oh !

Te voilà bien en colère !

Et ce qui le plus te scandalise,

C'est leur salaire.

Celui des conducteurs de train.

Comme tu argues qu'ils n'ont pas fait beaucoup d'études,

Tu indexes donc le salaire sur le diplôme.

Il est une autre logique qui me paraît plus juste :

Le salaire est fonction de la responsabilité occupée.


Un ouvrier touchant un salaire de cadre, scandale !

Mais compare le salaire du conducteur de train avec celui d'un chirurgien,

Soudain il va te sembler ridicule.

Et pourtant : l'erreur d'un chirurgien peut provoquer la mort d'un homme,

Celle d'un conducteur de train ou son malaise peut en provoquer cent fois plus.

Est-il normal que le responsable du plus grand nombre de vies humaines soit le moins bien payé des deux ?

Oui, considérant que le chirurgien est plus exposé à commettre une erreur. Mais ça n'empêche pas le conducteur de train d'être salarié pour les responsabilités qu'il assume, et ce calcul à moi me paraît juste.

 

La comparaison ne s'arrête pas là. Quand j'étais jeune, j'avais une amie dont le père était chirurgien, et à 60 ans passés il continuait d'exercer. En lui disant bonjour je ne pouvais pas ne pas constater qu'il sucrait les fraises.

Les chirurgiens sont libres de faire ce qu'il veulent, mais pas les conducteurs de train, tenus par les impératifs de sécurité, et moi je trouve très sain que la SNCF limite leurs horaires de travail et les retire du service à 50 ans.


À la rigueur, je comprendrais que tu trouves anormal qu'elle ne les occupe pas plutôt à autre chose...

Mais les chômeurs attendent au portillon, et pourquoi ne profiteraient-ils pas de la vie après tout ?

 

Quand tu lis dans le journal qu'un désespéré a sauté sur un train du haut d'un pont, ou qu'il s'est jeté sous ses roues, tu ne penses pas au conducteur qui assiste en direct à la scène...

Il faut savoir que certains ne s'en remettent jamais.

Rien que pour cette hantise, le corps éclaté à l'improviste sur le pare-brise, j'estime que le salaire du conducteur de train est largement mérité.

 

Où est le problème finalement ?

Tu as reçu par mail, comme beaucoup d'autres, un fichier Word (tm) mettant en parallèle le salaire et les avantages des conducteurs de trains et le déficit de la SNCF. Alors, tu as composé mon numéro et tu as hurlé d'une rage ironique au téléphone.

Et moi je me suis dit :
Pourquoi les conducteurs de train ?

Et pourquoi pas les chirurgiens ?

Après tout, leur salaire, le trou de la Sécu...

Non, je ne me lancerai pas moi aussi dans un procès.
Je ne me hasarderai pas à juger sur des apparences dans un dossier que je ne connais pas,

Ni à me faire procureur s'il n'y a pas ici d'avocat.

Je ne veux pas de bouc émissaire,

D'autant que je le sais,

Si le chirurgien qui m'opère venait à savoir que j'ai tiré à boulets rouges sur la confrérie,

Ça ne l'empêcherait pas de me charcuter aussi précautionneusement que si j'étais un autre.
Et cet honneur de la profession mérite plus d'égards et de considération.

Paix donc aux chirurgiens

 

Mais je me suis dit :
Pas contre les chirurgiens,

Pas contre les avocats,

Pas contre les tourneurs-fraiseurs,

Pas contre les plaquistes,

Pas contre les techniciennes de surface,

Pas contre les marchands d'esquimaux,

Pas contre les architectes,

Pas contre les agriculteurs,

Pas contre les boulangers,

Pas contre les taxis,

Pas contre les courtiers,

Uniquement contre les conducteurs de train,

On a excité ta rage,

Pourquoi ?

Parce que leurs horaires ? Bonjour les 35 heures, eux ils en font 25 par semaine! Et ça, c'est le bouquet... 

Je vais te dire un grand secret : tu ne peux pas comprendre.

Tu n'as jamais travaillé de nuit.

J'ai travaillé de nuit, et je peux te dire que je supportais mieux les 40 heures hebdomadaires en usine la nuit que les 32 heures hebdomadaires à la Poste la nuit.

Parce qu'à l'usine, je finissais à 4 heures du matin, à la Poste à 6 heures 30.

Va dormir quand tu te couches à l'heure où le soleil fait renaître avec lui les bruits de la campagne ou de la ville. Éboueurs, tracteurs, tondeuses, tronçonneuses, rasoir électrique, aspirateur, voiture, train qui passe, incendie, cris d'enfants....

Le travailleur de nuit vit moins longtemps et il a de tout petits yeux, toujours plus petits à mesure qu'il se couche plus tard, mais plus encore quand ce sont les yeux de l'aviateur ou du travailleur sans planning, celui qui peut être appelé à toute heure, l'abonné aux décalages horaires.

Alors, si tu tiens vraiment à ce qu'on leur enlève du temps de récupération, à ces privilégiés, libre à toi, mais ne viens pas te plaindre après si tu te retrouves avec une locomotive dans le salon.

Et ta rage,

Parce que leur salaire et leurs avantages,

Parce que le déficit,

Parce que nos impôts, surtout nos impôts,

Ce que les salaires pèsent sur le déficit et coûtent à nos impôts...

Mais si les gouvernements qui se sont succédé ont tous privilégié fiscalement les camionneurs au détriment du rail,

Et si la SNCF ne peut pas lutter contre eux à armes égales,

Que veux-tu que les cheminots y fassent ?

Les camions dégradent les routes, c'est la communauté (nos impôts) qui paye.

Le pétrole ruine la santé des citadins et oblige de plus en plus souvent à des mesures d'urgence, c'est la communauté (nos impôts) qui paye la facture.

Le transport routier est avantagé et il ruine la SNCF, c'est encore la communauté (nos impôts) qui paye.

Et nos impôts ne payent pas que ça.

On ne te dira que ce que l'on veut que tu penses, et moi aussi.

Renseigne-toi donc, regarde, lis, compare, et réfléchis.


Je ne te dirai pas que les trains respectent systématiquement les limitations de vitesse en agglomération.

Je ne te dirai pas que le train, gros consommateur d'énergie nucléairement électrique, est plus propre que le camion -cette pollution-là est moins crasseuse mais plus mortelle.

Libéralisons, le nucléaire, s'il n'est subventionné comme en Angleterre, disparaîtra.

C'est bien.

Libéralisons, comme en Angleterre, les quais de gare seront des charniers. C'est mal.

Il faut de tout pour faire un monde.

Voilà, j'ai lu le papier qu'on t'a envoyé et que tu m'as fait suivre.

Je t'ai répondu, et après une si violente diatribe au téléphone,

Je ne m'attendais pas à te trouver si vite à court d'arguments.


Tu m'accuses seulement de passion grégaire -est-ce un synonyme de l'idéalisme ?

De l'instinct de survie ?

De la solidarité ?

Je ne crois pas qu'une seule personne au monde, en ce jour d'hui,

Tellement il est devenu complexe et fait d'imbrications indétricotables,
Puisse connaître le moyen d'en extirper tous les drames.

Mais le subalterne de quelque officine louche aura voulu te donner l'illusion d'en savoir plus et il a dénoncé le scandale à l'un, qui l'a fait suivre à un autre, jusqu'à ce qu'il aboutisse jusqu'à toi.

C'est si simple après tout, les cheminots sont sur les rails l'axe du mal.

D'autres excitent contre les Arabes, toujours contre les petits, plus rarement contre les moyens, jamais contre les gros.

 

Voulait-on te préparer à la privatisation, te prémunir contre les avantages sociaux, ou discréditer les grévistes toujours les plus remuants, la résistance du rail ?

Toujours est-il que l'on misait sur une réaction comme la tienne, multipliée par contagion, grégaire en ordre dispersé,

La fureur du taureau contre le chiffon qui est agité sous son nez,

Et qu'on lui désigne comme étant l'injustice.

À raison, si l'on veut sucer le sang de l'humanité.
À tort, si on lui veut du bien. 

Dors, vis, mange, aime, bois, rêve,

Et ne pense pas au mal. 

Manut (2003)
Site : La face cachet de la Poste

pour Annu:Art

La reproduction mot pour mot et la distribution de l'intégralité de ce texte
sont permises sans versement de royalties sur quelque support que ce soit
à condition que cette note soit préservée.

Si vous aussi vous recevez l'acte d'accusation contre les cheminots, qui arpente les réseaux comme d'autres les salles d'attente, n'hésitez pas à retourner ce démenti ou quelque autre de votre cru à celui qui vous l'aura fait suivre.


Lire le tract.. et quelques autres arguments

le site de la SNCF